Yoga et solidarité

Union de notre réalité humaine à la Source

  • 0
  • 0
  • 0

Mis à jour le : Wednesday, September 30, 2020 12:12 AM

#Solidarité #Bienveillance #Unité #Union

Categorie : Spiritualité

Discipline : Yoga

A propos de l'auteur

Yoga et solidarité

Union de notre réalité humaine à la Source

Bonjour,

Tout d'abord, je souhaiterais partager avec vous, la signification du mot « yoga »

Yoga signifie « Union ». 


Nous pouvons l'entendre comme : 

 « Union de notre réalité humaine à la Source »

Mais également 

« L'union de notre être tel qu'il est aujourd'hui et de notre plus haut potentiel »


et aussi :

 « Union de notre corps, de notre cœur, de notre esprit, de notre âme . »


Si tout cela se vit « dans l'Unité « , la vie devient vraiment belle 

Tout instant devient une aventure à vivre, à découvrir 

Et notre être « se » vit dans la Paix et l'Harmonie.



Puisque nous sommes attirés par le yoga, nous ne devons absolument pas oublier cela.

Autrement nous oublions tout simplement le principe même que nous cherchons : 

Le yoga, l'unité.


Ce mot yoga nous pouvons aussi le comprendre sur un plan plus matière comme :

 « Union de nos différents systèmes, nos différents organes, nos différentes enveloppes physique, pranique et mentale pour une vie saine et lumineuse »




Si effectivement nous vivons en yoga, dans l'unité c'est tout notre être qui est équilibré.

Notre santé va mieux, nos pensées sont harmonieuses, tout fonctionne bien mieux et 

nous pouvons donc nous ouvrir à une dimension, dite spirituelle, ou essentielle, comme vous souhaitez le dire, qui nous permet de vivre « heureux » 


Hors, que se passe t il dans le monde aujourd'hui ?

Et pas seulement « dans le monde » mais dans « notre » monde, dans notre vie, personnelle, intime, sociale, affective, professionnelle.


Nous vivons aujourd'hui soit dans la compétitivité, la compétition, le stress, soit dans l'indifférence des autres, de soi même, de la nature


En étant dans la 

compétition, le stress, les performances, 

l'argent, le pouvoir, la renommée,

 nous entamons au contraire, très sérieusement, 

notre santé physique, psychique, émotionnelle, mentale et même spirituelle. 



Physiquement cela se répercute sur notre sommeil, notre vitalité, la santé de notre système nerveux, hormonal, organique et bien plus encore.

Psychiquement, nous y perdons notre joie de vivre, des relations affectives harmonieuses, et bien plus encore

et spirituellement, nous ne sommes tout simplement … pas là ! 

Hors, comment grandir, s’épanouir en dehors de l'instant présent qui est le seul qui existe !


Nous avons donc tout une trajectoire à changer dans nos vies 



Les sages nous le disent depuis déjà si longtemps : 

Considérez les autres ! 

Soyez bienveillants ! 

Prenez soin de votre véhicule physique, votre corps, 

il est celui qui vous permet de voyager pleinement dans cette vie sur Terre !



Sri Tathâta nous parle des 12 qualités, et entre autre il nous souligne, la valeur de Maitry, qui est la valeur de l'amitié …

Est ce que amitié et compétitivité vont ensemble ?


Jésus nous disait « aimez vous les uns les autres comme je vous ai aimé « 

Aime t'on vraiment celui à qui on veut prendre la place ? Ou que l'on veut asservir à notre propre pouvoir ? 


Patanjali dans les yogas sutras nous parle aussi de la « non-violence » que l'on peut associer à la « bienveillance ». 

sommes nous dans la non-violence, quand, résignés, ou dans l'indifférence, nous laissons souffrir des gens qui sont dans le besoin ?


Le Dalaï Lama, nous dit « On peut se passer de religion mais pas d'amour et de compassion » ou encore « il n'importe pas qu'un être soit croyant ou non – Il est plus important qu'il soit bon ».

Sommes nous dans cette trajectoire là quand nous ne vivons que par nous-mêmes et pour nous-mêmes ?  


Où en sommes nous par rapport à ces paroles de sagesse ? 




Sri Tathâta nous parle aussi de cette valeur qui est le discernement.

Hors, nous pouvons être sûr que 

nous ne pouvons pas à la fois être dans

 l'indifférence et l'amitié. 

L'indifférence et la bonté

La compétition et la solidarité .


Nous avons à faire des choix 

Et les choix, c'est maintenant que nous pouvons les faire 


Si nous réalisons, clairement, qu'en développant ces dimensions du cœur, tels que la bienveillance, la solidarité, nous allons être plus « heureux », à ce moment là, tout commence à changer…


Et si nous réalisons, cette fameuse dimension, nommée par les physiciens quantiques, de « l'interdépendance », tout s'éclaire également un peu plus.

Cette notion de l'interdépendance, les yogis la connaissent depuis la nuit des temps.


Nous nous croyons séparés,et cette séparation induit

 la compétitivité, l'indifférence, l’orgueil, le pouvoir 

et toutes ces notions qui en fait n'existent que parce que, nous sommes dans l'ignorance 

L'ignorance de cette dimension

 d'interdépendance 


Hors tout est interdépendant . Nous sommes interdépendant avec les éléments, l'eau, la terre, l'air, le feu, l'éther. Comment pourrions nous vivre autrement ? Comment pourrions nous respirer sans air ? Boire sans eau ? Exister sans soleil ? 

Nous sommes interdépendants des autres règnes : les arbres, les animaux, les végétaux, les minéraux et les autres êtres humains 


Tout va ensemble, les yogis nous le soulignent depuis des millénaires 


Et dans notre corps aussi tout va ensemble :

Notre cœur, est interdépendant de notre cerveau, de notre foie, etc.

Notre estomac, nos intestins, notre système nerveux, respiratoire, glandulaire, tout est interdépendant !

Un cœur qui ne fonctionne pas bien, ne peut permettre la bonne circulation du sang dans tous les organes. Un système nerveux mal en point, met en péril également ces mêmes organes.


De la même façon que tout est interdépendant dans la nature, dans la création, dans notre environnement 


Ne pas comprendre cela c'est aller « droit dans le mur ».

Ne pas comprendre cela, et surtout ne pas vouloir le comprendre, c'est refuser le sens même du mot yoga …. l'Union. Et donc … se couper de ce que l'on cherche en faisant du yoga  


Alors même si, spontanément, nous n'avons pas un sens aigu de la solidarité, de la fraternité, de la bienveillance ; si nous comprenons cette dimension de l'interdépendance, ces valeurs deviennent incontournables !

Car ce que nous faisons pour les autres, c'est aussi pour nous que nous le faisons …..


Comme disait Jésus « Ce que vous faîtes au plus petit d'entre vous, c'est à moi que vous le faîtes ».

Nous pouvons reprendre cette phrase pour nous également,  d'une certaine manière :

« ce que je fais aux autres, ce que je fais au vivant, c'est à moi-même que je le fais » .


Nous le comprenons bien dans les enseignements du yoga, la loi de cause à effet est une des lois de l'univers  

Si je plante de la glycine, je ne récolterai pas des fraises 

Si je lance une bombe ce n'est pas une rose qui descend … 

Si je pille les ressources de la Terre, j'en serai moi aussi la victime… moi et mes enfants ...



Nous voici donc, avec une réalité en face. 

Nous avons, nous même, à passer de notre égoïsme, à notre cœur conscient !



Et nous avons à comprendre que c'est notre responsabilité, et nous avons également à intégrer que c'est ainsi que le monde changera. Par la conscientisation de ces vérités par de plus en plus de gens. Et par la mise en action de ces vérités. Et ça commence par soi même. 



Mais comment faire ?


Comme nous dit Yogi Bhajan, « la plus grande distance que l'être humain a à franchir, c'est la distance de son nombril à son coeur …

Prenons ce chemin, et donnons nous les moyens de transformer notre quotidien .


Cela va passer par une pratique.

Une pratique de la méditation,

Une pratique consciente du yoga,

et des changements dans notre façon de voir et de vivre notre relation au monde.  

Et cela jour après jour.

C'est ce que l'on appelle une sadhana (pratique quotidienne).


Comme le dit Amma (Amritanandamoyi) : La patience est la plus grande des qualités 

Ne nous décourageons pas, développons la confiance, la foi, la détermination pour atteindre notre but, comme nous dit Sri Tathâta 


Et goûtons pleinement nos progrès, réjouissons nous des métamorphoses qui peuvent se faire, et posons une pensée et un sentiment bienveillant, pour nous, quand nous percevons la difficulté que nous pouvons traverser. 

Voici là encore une belle occasion de « se » vivre soi même dans une dimension d'amitié, d'amitié pour soi, de bienveillance pour soi, de patience ..

Si nous pouvons là encore, développer ces valeurs par un regard créateur sur nous mêmes, cela sera d'autant plus aisé de le vivre pour les autres. 


Ainsi, pas à pas, nous avançons dans notre vie comme de vrais humains, dans une belle noblesse de coeur et d'âme, qui nous ouvre la porte, comme nous le dit Sri Aurobindo, d'une Vie divine sur Terre et de la Félicité. 

  



 ___________________




Quelques postures oeuvrant entre autre sur le coeur - 4° chakra 


 

- Ustrasana ou Ardha-Ustrasana : La posture du chameau ou demi-chameau


Aujourd'hui nous l'expliquerons en passant du demi chameau au chameau.

Rappel : ne jamais forcer ! 

Vous pouvez tout aussi bien rester dans la posture du demi-chameau :

  

Ardha-Ustrasana (demi chameau) suivi de ustrasana (posture du chameau) 

Prendre le temps de poser l'ancrage sur les genoux, les rotules. 

Puis poser les mains sur le reins. 

Soyez vigilants à positionner le bassin vers l'avant, et sentez l'arc de votre colonne vertébrale se former . Laissez votre tête descendre vers l'arrière.

La colonne doit se dérouler progressivement sans omettre une seule partie de la colonne.

Ouvrez bien l'avant de votre corps, 

Puis prendre la position finale, dégager les mains qui étaient sur les reins, aux lombes ou au sacrum, et les poser sur les chevilles.

Les bras dans l'idéal ne servent pas de support au corps . Ils sont des haubans, non des piliers . Le poids demeure toujours sur les rotules.

Sentez l'espace de votre chakra coeur s'ouvrir vers l'infini et respirez consciemment. 

Maintenir la posture quelques instants avec une respiration consciente. 

Pour les personnes déjà pratiquantes, ou durant un cours, on peut maintenir la posture de 15 s à 1 mn.  

Contre-indications : 

Hypertension et hypotension

·Migraine

 ·Insomnie 

·problèmes sérieux du bas du dos, de la nuque ou de la gorge 



- Toutes les postures avec les bras en V ouverts vers le ciel.

Par exemple : Assis jambes croisées, bien posé sur ls ischions. Etirer sa colonne puis tendre les bras en V, paumes de mains vers le ciel. Respirez longuement et profondement en vous percevant comme une coupe, qui reçoit les énergies de l'univers. Ressentez l'espace de votre chakra coeur, l'énergie qui s'y déploie et se qui se répand dans toutes les cellules de votre corps, dans tous les espaces subtils de votre être. Ou bien vous pouvez faire une respiration du Feu 1 à 3 mn (issu du Kundalini Yoga. Si vous connaissez ce souffle, ou accopagné par un professeur qualifié)   


- Assis jambes croisées, colonne droite, lesmains crochetées en fermeture de l'ours au coeur. inspir en levant le coude gauche vers le haut , expir en levant le coude droit. Les mains restants crochetées au niveau du coeur. Ressentez l'expansion du chakra coeur. Continuez 1 à 2 mns puis inspirez au centre, ouvrez vous totalement, expirez et méditez silencieusement quelques instants les mains en Gyan mudra (jnana mudra) sur les genoux 


Et bien d'autres postures encore bien sûr…


Respiration 


Prenons conscience de notre respiration, de la respiration longue et profonde. Rien que par cette conscience du souffle, nous participons à assouplir notre diaphragme, à le faire danser !Et à faire circuler, l'énergie de vie, du Prana de notre ventre à notre cœur et de notre cœur à notre ventre .

Du triangle inférieur de nos chakras de base, à nos triangles supérieurs du haut de notre corps.



Méditation 


Assis confortablement colonne vertébrale droite.

Enseignement de Osho :

« Atisha était un maître plein de compassion. Voilà l'exercice qu'il enseignait à ses disciples, c'est une des méthodes les plus puissantes pour prendre conscience du pouvoir de transformation qui est en nous : 

Quand tu inspires, penses que tu inspires toutes les misères du monde, toutes les souffrances de la terre, toute l'obscurité qui règne, toute la négativité, et laisse cela descendre en ton cœur, laisse ton coeur l'absorber.

Et quand tu expires, expires toute la joie qui est en toi,, tout l'amour que tu contiens. Expire le bonheur, projette ta richesse intérieure vers le monde dans l'expiration. 

Et si tu fais cet exercice tu sseras supris, en prenant les souffrances des autres en ton coeur, tu supprimes ta propre souffrance car le coeur est la plus grane machine à transmuter l'énergie. Il a le pouvoir de transformer la misère enn bénédiction. 

Quand tu auras trouvé cette source en toi, il ne reste plus qu'à répandre son nectar vers l'extérieur. 

Essaie, c'est l'une des méthodes les plus pratiques, c'est la plus simple, elle apporte des résultats immédiats. Fais le dès aujourd'hui et voie « 


Dans la joie de ce partage sur la Voie de l'Unité,

Meerabaï 

Aline Mahé-Garcia 

www.lavoiedelunite.com


Restez à jour des derniers articles parus sur le blog GOYOGA en vous inscrivant à la newsletter

Nos catégories